Lundi 9 novembre, 6h, le réveil fait mal...On a du mal à se lever. Il faut reprendre les chemins de l'école : plus que 6 semaines soit 30 jours d'école (Nelly fait le décompte!). Pendant toute la semaine, elle est en classe découverte avec sa classe, à La Parva, au même endroit où est allé Nico en hiver. Sauf que la différence, c'est qu'il n'y a plus de neige (depuis peu en plus, ceux qui sont partis fin octobre ont fait des raquettes...Nelly est trop déçue de ne pas pouvoir en faire). Le séjour se passera pas trop mal car les enfants, qui d’habitude se chamaillent tout le temps, ne le feront pas : ouffff. Par contre, les nuits furent courtes… Entre les malades (gastros) et ceux qui pleurent car ils n’ont jamais dormi sans leur parents… ce n’est pas simple…mais bon…

 

Pendant ce temps, Nico est seul à l'appart et contrairement à la semaine juste avant les vacances, il « pète la forme ». Il est super efficace dans tout ce qu'il entreprend : les vacances sont une source d'énergie incroyable. Par contre, il a un mal fou pour dormir : pas plus de 4 ou 5h de sommeil par soir, et encore!!! Nelly dira que cela s’explique parce qu’elle n’était pas là ! Le lundi soir, la proprio de l'appart viendra livrer (à 22h) un nouveau sofa (avec lit?), le câble qu'il manquait pour la nouvelle télé (qui fait 2 fois la précédente : la télé, pas le câble)...Après le matelas, les rideaux, l'appart est au top maintenant et puis les travaux à l'extérieur sont presque finis. Le jeudi soir, ça sera « soirée match de foot, Chili-Colombie » comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde 2018 (aussi bien pour Nico que pour Nelly à la Parva). Enfin, c’est l’animateur qui regarde le match avec les gosses, Nelly joue aux jeux de société avec les filles et 3 / 4 garçons. Nico, lui, est en compagnie de quelques collègues français de l'école, dans un bar.

 

Il aurait tant voulu aller au stade mais le prix des places était exorbitant. Quelle idée de mettre en place des abonnements pour 9 matchs qui ont lieu sur une période de 3 ans! En plus, les billets sont nominatifs...Ensuite, il y a bien des places pour un seul match mais les places les plus abordables (moins de 15 euros) sont déjà vendues...Il ne reste plus que celles à 60 euros et plus. Pour lui, hors de question de mettre ce prix-là pour un match, alors tant pis, autant aller dans un bar : l'ambiance est tout aussi sympa mais c'est dommage. C'est un des regrets! Et puis, là, c'est fini, il n'y aura plus de match du Chili à Santiago avant notre départ. Il ne reste plus qu'à aller assister à un match de championnat mais ça a moins de saveur : pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mais un coup, le derby des 2 meilleurs clubs de Santiago est pile tombé le jour de notre départ pour l'île de Pâques, puis ensuite, un collègue de l'école a annulé notre projet d'y aller la semaine d'après...bref, il ne reste que quelques matchs, alors dépêchons!!!!

 

Le vendredi soir, Nelly sera bien contente de rentrer de sa semaine. Et le soir, malheureusement, nous apprendrons les mauvaises nouvelles venant de France avec ces foutus attentats qui ont fait un carnage. Certes, on est loin de tout ça mais néanmoins, notre pensée va en ce jour à toutes les familles et victimes de ces atrocités : ah si ça pouvait s'arrêter mais malheureusement, on a bien peur que ce ne soit que le début. Il faut vraiment éradiquer ce phénomène! Le w-e sera finalement moins rempli que prévu. Le samedi, le carnaval qui se déroulait dans le quartier Yungay n'a pas du tout été à la hauteur de notre attente (seulement 3 ou 4 déguisements, bref bien loin de ce qu'on avait vu en février). Et pour le dimanche, notre vol en parapente a été annulé au dernier moment en raison d'un accident qui est survenu sur les lieux, la veille : le site est fermé car la police fait une enquête. A la place, ce sera une multi-cache dans un parc de la ville sous une chaleur de plomb.

 

Le lendemain, lundi 16 novembre, Nelly n'ira pas à l'école : déjà tout le w-e, elle était vaseuse mais là, dès le réveil, elle vomira (merci les mômes qui avaient la gastro à la Parva…). Il est donc plus sage qu'elle reste au lit. Malheureusement pour elle, impossible d'avoir un rendez-vous chez le médecin avant le lendemain et aussi, c'est la 3ème fois qu'elle essaiera de déposer son dossier pour récupérer l'argent de la retraite (ils lui trouvent toujours quelque chose qui ne va pas alors que Nico l'a déjà déposé sans problèmes il y a 3 semaines). Pour lui, la journée sera remplie en émotions. A 12h, au lycée, les élèves (de toute l'école) sont réunis sur la pelouse d'honneur afin de faire une minute de silence suite aux attentats du 13 novembre, survenus à Paris. L'hymne national français sera par la suite chanté (ainsi que l'hymne chilien) par tout le monde (enfin ceux qui le connaissent, mais une grande majorité quand même). Au préalable, une discussion aura eu lieu en classe avec les élèves (après l'ouverture d'une dizaine de mails envoyés par la direction à ce sujet).

 

Le lendemain, Nelly est toujours un peu malade et restera à la maison. Elle ira bien à son rendez-vous chez le médecin mais ce dernier ne lui donnera pas d'arrêt, considérant que ça va mieux même si ce n'est en réalité pas vraiment le cas. Elle reprendra les chemins de l'école le mercredi (heureusement que de 8h30 à 13h30 avec 1h30 sans les élèves, qui sont en espagnol). Le soir, le Chili prendra une raclée contre l'Uruguay, en éliminatoires (3-0) : on est bien loin du niveau affiché lors de la Copa América. Malgré son état, Nelly ira quand même au cinéma mercredi soir avec Lucile tandis que Nico préfèrera aller à son foot habituel. Le film, portant sur la seconde guerre mondiale, ne l'intéressait pas trop contrairement à Nelly qui a bien accroché. Le jeudi soir, Nico rentrera épuisé de son après-midi à courir à travers les administrations chiliennes. On vient de lui annoncer qu'ils refusent son dossier pour récupérer l'argent de la retraite (chilienne) qu'il a droit...Tout ça parce qu'un des documents est signé par l'ambassade de France et non par le ministère (mais en réalité, c'est la même chose : objectif maintenant, le leur prouver, avec l'aide du consulat bien entendu). Bref, ce n'est pas fini tout ça, mais pour 3 000 euros chacun, ça vaut le coup de se battre, non?

 

On essaiera de se reposer lors de ce w-e, comme à chaque fois vu tout ce qu'il nous reste à régler, à préparer. Le samedi soir, on acceptera l'invitation d'un collègue français résident au restaurant. Il souhaitait nous l'offrir avant que l'on parte. Au menu, ça sera huitres, confit de canard, crème brûlée/mousse au chocolat avec du vin et un kir royal. Bref, un vrai repas à la française. Il insistera pour qu'on vienne boire un dernier verre chez lui, non loin du resto : on aura l'impression de pénétrer dans une salle d'un musée avec un mobilier très ancien et luxueux et des tableaux. On fera le retour en taxi, vu qu'il est tard et qu'on est bien fatigués.

 

Le dimanche, après le marché et les courses, on décidera d'aller à La Chascona, la 3ème maison du poète chilien Pablo Neruda. Jusque-là, on avait vu les deux autres (à Valparaiso et à Isla Negra). On s'était toujours dit qu'on avait le temps d'y aller vu qu'on habite à 30 min à pied...Sachant que l'on part dans un mois et demi, il fallait bien y aller un jour. En tout cas, elle ressemble beaucoup aux autres : même principe de visite, avec l'audio-guide (5 000 pesos/pers.) et le décor à l'intérieur est assez similaire à ces 2 autres maisons. On ressent vraiment son amour pour la mer, les tableaux, les bibelots. Pour dire qu'il voulait en faire construire une 4ème, mais il n'a pas pu, puisqu'il est mort un peu après en avoir eu le projet. Vu qu'il n'y avait pas trop de monde, la visite fut plutôt agréable.

 

Les semaines qui suivront ne seront guères différentes. Tout tourne autour de nos préparatifs pour notre départ et on a plein de choses à faire. Nelly s’occupera principalement des préparatifs pour le mariage, à commencer par le faire part, tandis que Nico s’occupera des démarches administratives pour notre départ. En plus de cela, il faut gérer le travail avec les complications de fin d'année (et son célèbre livret scolaire à rendre fou, mais pour une fois, c’est Nelly qui est en avance pour ça). Dans la semaine, elle ira manger à la fuente Alemana avec notre collègue Lucile qui est une habituée. Ils ne font que des hamburgers, enfin : elles plutôt car ce sont des petites chiliennes (toutes d’un certain âge) qui préparent devant vous votre hamburger maison. Repérez bien celle qui vous sert parce qu’elles se ressemblent toutes. Nelly se régalera avec « l’italiano » : porc, tomate et avocat. Au moment de payer, c’est assez drôle : la petite dame qui vous sert vous donne la note, ensuite il faut aller à la caisse, qui vous donne le reçu qu’il faut rendre à la petite dame, tout comme « la propina » (pourboire, qui n’est pas vraiment le pourboire comme on l’entend en France, mais plutôt comme faisant partie du salaire). Pour le moment, rien d’étonnant, ça se passe presque toujours comme ça ici. Non, là, ce qui surprendra Nelly, c’est de voir la photocopie d’une photo de caméra de surveillance avec la tête de certaines personnes entourées en rouge avec l’annotation : « n’a pas payé ». Ensuite, direction le cinéma préféré (avec une petite pose au glacier). On s’installera, comme d’habitude au balcon de LA salle de cinéma, avec notre glace. Ce sera « el laberinto de mentiras » = le labyrinthe des mensonges (du silence en français) et encore sur la 2nde guerre mondiale : recherche des nazis. Nelly vous le conseille, il est vraiment bien.

 

Les jours s’écouleront avec des visites régulières à l’organisme qui doit nous verser notre argent (cotisations retraites que l'on peut récupérer avant de partir). C’est notre principal souci (qui hante nos cerveaux). Les contacts pris auprès de l'Ambassade ni changent rien. Et pourtant, les collègues, qui sont partis avant nous, nous ont expliqué les démarches à suivre. On a présenté les mêmes documents, mais va savoir pourquoi, ça ne leur convient (excuses différentes à chaque fois). Nico ira les voir en moyenne 2 fois par semaine. Si c'était des sommes négligeables, on laisserait tomber, mais 3 000 euros n'est pas une somme négligeable.

 

 

Malheureusement, avant de partir, voilà ce qu'on risque de retenir de notre séjour au Chili (enfin surtout Nico, car Nelly est plus zen) : les galères administratives alors qu'en fait, il y a eu des moments supers. De temps en temps, on arrivera quand même à se vider la tête avec quelques sorties au cinéma, des piques-niques au San Cristobal, des barbecues, du sport sans oublier le fameux repas de fin d'année au lycée qui a lieu le samedi 12 décembre. Un air de déjà vu flotte d'ailleurs dans cette soirée : c'est exactement comme l'année dernière. Aucune surprise donc pour nous : grand chapiteau construit sur la pelouse d'honneur, tables rondes comme dans un mariage, scène, vidéos, musique, cocktails, repas suivi d'une « fête » avec distribution de chapeaux, sifflets, etc... La seule différence, c'est que cette fois, on passe à la télé. Et oui, ici, la tradition, c'est de rendre un hommage aux gens qui partent en décembre (aucune allusion à ceux qui sont partis en juillet, c'est comme ça). On a donc eu droit quelques semaines auparavant à une interview d'une petite minute : ça fait quand même drôle de se voir en vidéos (gros plan) devant tout le monde. Qu'est-ce qu'on peut dire comme conneries à la caméra!!! Bon, ça, on s'y attendait, on le savait mais, en revanche, on ne se rappelait pas qu'après, on nous appelait sur scène pour prendre une photo (avec les autres gens qui partent) et nous remettre un cadeau. Pour Nelly, ça sera une sorte de grande écharpe (qu'elle donnera finalement à Chloé car ça ne lui plaisait pas) tandis que Nico recevra un livre souvenir sur le Chili (en français/espagnol), bien sympa : de très jolies photos y figurent.

 

Le dimanche, comme tous les dimanches, c’est jour des courses. Nelly va au Lider (petit super marché à 7 min à pied, avec son sac à dos, qui contient le sac en toile donné par l’Alliance), et Nico fait le marché pour les fruits et légumes, avec son caddie. Nelly s’arrêtera au retour à la boucherie. Comme la plupart des petits commerces au Chili : tu commandes (après avoir pris un ticket), tu vas payer à la caisse, puis tu reviens récupérer ton achat (en présentant le fameux boleto). Ce dimanche-là, au moment de payer la viande, Nelly sera surprise de voir la nana en train de se lisser ses cheveux avec un lisseur, derrière sa caisse…

 

Lundi 14 décembre, c’est le gardien de l’école qui est en train de se raser… tout va bien. On voit de tout au Chili, c’est assez drôle. Ce jour-là, nous attaquons la dernière semaine avant les grandes vacances. Et cette semaine se passera plutôt bien. Le mardi, Nico découvrira enfin l'école de Nelly puisqu'un bus amènera tout le monde sur le site de Chamisero afin de faire une dernière réunion et de boire un coup. Selon lui, l'intérieur est plutôt sympa : les classes ont l'air d'être bien faites et respirent le neuf. En revanche, l'extérieur n'est pas du tout accueillant: l'ensemble est gris et il n'aime pas le paysage des alentours. D'ailleurs, quand on arrive en bus, on a l'impression d'arriver en direction d'une prison. Bref, il le reconnaît : il a eu de la chance d'avoir été sur le site principal, à Vitacura (c'est plus vert, plus coloré et plus vivant). De toute façon, le principal problème, ce sont les transports car il n'y en a pas : seul le lycée dispose de quelques navettes, mais pas toujours très pratiques.

 

Cette dernière semaine sera riche en soirées, pots d'adieux : pot du foot pour Nico, pot avec le service vie scolaire pour Nelly et pour finir, la soirée traditionnelle de fin d'année des profs de Vitacura. Mais seulement Nico ira...Nelly n'étant pas spécialement branchée d'y aller, surtout qu’elle a déjà eu le pot de départ à Chamisero. Elle est bien contente d'en finir. Nico, lui, est plus mitigé, c'était quand même sympa cette année scolaire. On lui offrira d'ailleurs une chemise bien jolie en guise d'adieux. Maintenant, place au repos et à la préparation de notre voyage. Le départ est prévu le 31 décembre en direction de Viña del Mar sur la côte chilienne. Et puis, aussi, on attend la réponse pour notre dossier de retraite : presque 3 000 euros sont en jeu. Réponse au prochain épisode...

 

A bientôt

Nelly et Nico

 

DSCN0028

DSCN0036

DSCN0040

IMG_20151129_131622

IMG_20151129_132410